Après 1900

Pour l'élaboration du paragraphe d'histoire qui suit, nous remercions François ROTH et l'Encyclopédie Illustrée de la Lorraine aux Editions Serpenoise pour la somme d'informations et l'agréable synthèse de leurs travaux. A consulter sans modération.

 

 

En ce début de siècle, Elzange appartenait au département allemand de Lorraine dont la configuration présageait de la Moselle actuelle et dont le président était le comte von Zeppelin Aschausen de 1901 à 1913. La population de ce département passait de 490 000 en 1871 à 620 000 en 1910, tous ses fonctionnaires provenaient de Prusse ou d'Alsace hormis les instituteurs formés dans les écoles normales de Montigny les Metz et Phalsbourg.

Notre village jouxtait des villes au fort potentiel démographique qui doublèrent, voire triplèrent leur population comme Thionville, Hayange, Fontoy, Moyeuvre ou Metz Campagne à l'inverse du reste du département. Quelles en furent les conséquences au niveau de la démographie de notre village ? Ces villes au fort potentiel minier et industriel, ces villes garnisons créèrent bon nombre d'emplois amplifiant ainsi l'exode rural.

Suite à la chute du cours des céréales en ce début de siècle, l'agriculture s'orientait vers l'élevage pour la production de viande et de lait. Les petits paysans dépendaient du maquignon ou du marchand de céréales juifs qui leur achetaient leurs produits. Les clôtures envahirent le paysage rural dessinant des parcs à l'herbe riche pour le bétail que menaient encore les bergers.

 

Le journal Le Lorrain en langue française parlait " des indigènes " en évoquant les autochtones du pays annexé. La Lorraine allemande, dépourvue d'autorité, demeurait une terre d'administrés, les maires des municipalités élues au suffrage universel étaient nommés par l'autorité allemande, le conseil général n'avait qu'un rôle réduit. Sous le nom de  paragraphe de la dictature, Bismarck regroupait des mesures d'intimidation afin de juguler toute résistance politique. Etaient visés le clergé, les bourgeois francophiles, les journalistes, les citadins. Quant à la campagne, elle resta paisible et son opposition passive, sans pour autant rallier le nouvel ordre. Le pouvoir prussien n'eut aucune difficulté à s'imposer durant toute cette période de l'annexion.

 

Dans un journal catholique de langue allemande, le Lothringer Volksstimme, on pouvait lire le 15 juin 1913 à l'occasion du 25ème anniversaire de l'accession au trône de Guillaume II :

Guillaume 2         "... sans aucun doute, l'empereur a montré qu'il se trouve bien chez nous... sans son appui, notre constitution ( de 1911 qui accorde l'autonomie de l'Alsace Lorraine ) n'aurait jamais vu le jour. Mais l'empereur comprend-il notre particularisme ? Nous le croyons, mais nous sommes persuadés qu'il le comprendrait mieux encore, s'il avait de meilleurs conseillers... qui lui disent que, nous Alsaciens Lorrains, nous ne souhaitons aucune guerre de revanche venant de la France... Nous formons le voeu que le Tout Puissant donne à l'empereur la grâce de faire encore beaucoup de bien à ses sujets... qu'il apprenne à nous comprendre encore mieux. Nous désirons qu'il soit possible que l'Alsace Lorraine  devienne bientôt un état confédéré à part entière. "

 

Les Lorrains catholiques, résistant à la germanisation, avait pour fer de lance le quotidien Le Lorrain et le chanoine Collin, son directeur politique. Ils se distinguaient en préférant les pèlerinages à Lourdes et le culte de Jeanne d'Arc. En 1914, ils ne représentaient plus qu'une minorité. L'intégration de la Lorraine était bien avancée à la veille de la première guerre mondiale, seule la partie francophone opposait une résistance à cette assimilation. Le parti Lorrain indépendant appuyé par Le Lorrain et Le Messin ne recueillait les suffrages que dans cette zone linguistique et ne parvint à injecter en son sein une relève rajeunie. 

 

         

       LA GRANDE GUERRE EN COURS DE REDACTION

        

      

Suite à la discorde croissante entre les deux localités, mis en évidence dans un procès verbal de 1919, l'annexe de Valmestroff est érigée en commune autonome le 01 janvier 1923. La population de la commune s'en ressent fortement passant de 318 en 1910 à 140 en 1926.

 

 

 

Au lendemain de la première guerre mondiale, on construit la cité militaire, ouvrage de la ligne Maginot, avec Citéune partie réservée aux officiers, une autre aux sous-officiers.

 

Entre 1952 et 1970, l'armée vend cet ensemble à Usinor qui la transforme en cité ouvrière. La cité des Officiers est restituée à Koenigsmacker durant les années 70. Une nouvelle fois, le territoire d'Elzange s'en trouve amputé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Jean-Marc Soulet